_DSC2907On a le sentiment que quelque chose s’est perdu. Nous cherchons âprement à redonner un sens aux mots « fraternité » et « altruisme ». A tendre la main vers l’autre avec désintérêt. Mais cela nous semble être une utopie. Peu importe la bonne conscience que nous tentons de faire survivre en nous : nous étions jeunes, mais la vérité est qu’aujourd’hui nous sommes fatigués, las de nos principes et que la solitude à laquelle nous sommes astreints grandit au fil des années.

Alors tentons une expérience. Prenons un groupe d’amis fidèles, jeunes d’apparence mais déjà usés, bouleversés par la vie. Jouons des retrouvailles, et au cours de cette soirée d’apparence anodine, confrontons-les à la fatalité de la mort. La mort oui. Pour les frapper de plein fouet. Les mettre face à leurs égos respectives. Forçons-les à regarder la vérité en face. Le temps d’une soirée, observons comment la violence de la perte peut faire éclater l’émotion, le non-dit, la rancœur. Ou au contraire, faire revivre pour un instant une joie perdue, une nostalgie heureuse, l’authentique fusion mentale et physique que seule l’enfance semblait pouvoir connaître. Questionnons l’essence de ce lien, l’amitié, l’union rare et précieuse qui lie des êtres qui ont choisi de faire un bout de chemin ensemble. Ce lien signifie-t-il pour autant que nous sommes fidèles ? Que notre amour pour l’autre est sans tâche ? Que nous sommes absolument dévoués ? Nous donner à l’autre, nous n’y arrivons pas ; mais quand il s’agit de nos amis, quand il s’agit d’endosser le deuil de l’un des membres de notre famille de cœur, l’un des êtres les plus chers, il n’est plus possible de fuir.

Mise en scène : Lucas Borzykowski
Assistanat : Jean-Albert Deron
Avec : Jean-Albert Deron, Camille Durand-Tovar, Camille Hoinard, Richard Jovial, Margot Ladroue, Laura Lascourrèges
Création lumière : Marine Flores
Scénographie : Surya David White
Photographie : Vincent Rochette

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce projet est soutenu par La Mue-Karine Saporta, La Ménagerie de Verre, la Sorbonne-Nouvelle Paris III.