Le collectif Nash

     Après avoir trouvé un langage commun, la promotion #4 du Laboratoire de Formation au Théâtre Physique de Montreuil, dirigé par Maxime Franzetti, décide de fonder le collectif Nash à sa sortie en juin 2015. Héritiers du « training » transmis par Pepe Robledo, compagnon de route de Pippo Delbono et parrain de l’école, formés à la danse (Julien Desplantez, Tatanka Gombaud), au masque (Éric Tinot, Marcella Obregon), et à la caméra (Sylvain Dieuaide), ils travaillent avec des metteurs en scène associés à l’école, Frédéric Jessua, Alexandre Zeff, Benjamin Porée, Thomas Bouvet… Les membres de Nash lancent leur première création en novembre 2015.

      Le collectif Nash s’est constitué autour d’un besoin de faire du théâtre en meute. Né de l’expérience d’un groupe d’élèves, il accueille, au gré de son histoire, des acteurs issus d’autres formations ou d’autres générations de l’école. Il repense le rapport metteur en scène/acteurs et crée collectivement sous l’impulsion de porteurs de projet. Dans un processus d’écriture plateau ils mêlent des textes d’auteurs à de l’écriture personnelle, improvisent, dansent, testent le rapport de la caméra au plateau pour offrir aux spectateurs d’aujourd’hui moins un spectacle qu’une expérience. Ils ont des aspirations artistiques différentes qui se lient dans un engagement quotidien, un travail rigoureux, une sensibilité accrue envers le langage corporel. Le collectif Nash naît officiellement en Octobre 2015, rue des Vignoles dans le 20ème arrondissement de Paris. Il choisit Douze Hommes en colère de Reginald Rose comme texte-support à sa première création, sous la direction de Camille Durand-Tovar, en collaboration artistique avec le photographe-vidéaste Guillaume Leguay. Il structure son activité sous l’association Loi 1901 L’équilibre de Nash, en référence à la théorie des jeux de John Forbes Nash. S’il est des situations stratégiques hasardeuses, le mieux pour augmenter ses gains est de savoir les partager avec ses adversaires, accepter de perdre quelques coups pour ne pas faire tapis.

 

%d blogueurs aiment cette page :